Thaïlande : sains et saufs, les douze enfants et leur entraineur ont été retrouvés

news-details
Société

Après neuf jours d’inquiétude, de désespoirs, d’angoisses, voici une nouvelle fort réjouissante et rassurante pour les familles de ces douze jeunes footballeurs âgés entre 11 et 16 ans et de leur entraineur de 25 ans, retrouvés après leur disparition le 23 juin dernier.
La Thaïlande retenait son souffle, tout un pays inquiet suite à cette disparition survenue lors d’une virée à une centaine de mètres de Pattaya Beach, une zone de forêt tropicale dense frontalière au Laos et à la Birmanie. Une montée des eaux due aux fortes pluies de mousson, bloqua le groupe dans une grotte.

Par ces pluies torrentielles, la mission de les retrouver était quasi-impossible. Entravés par des inondations, c’est avec acharnement que les secouristes ont pu finalement les trouver, ce lundi 2 juillet au soir, à l’abri mais pris au piège par les eaux.
« Le tunnel est rempli de boue, les plongeurs doivent l'évacuer », expliquait encore ce lundi matin le gouverneur Narongsak Osottanakorn.
Des dispositifs considérables ont été mis en oeuvre pour retrouver ces jeunes sportifs ; drones, nageurs britanniques, américains, chiens renifleurs. Des spécialistes internationaux d’Australie, du Japon, de la Chine, de la Grande-Bretagne, ainsi que des soldats américains sont également venus prêter mains fortes aux secouristes thaïlandais déjà sur place. C’est un commando de la marine thaïlandaise qui est parvenu à les localiser dans cette grotte.

news-details

Une actualité devenue virale, parcourant la toile à grande vitesse, les internautes ne parlaient que de ça. De nombreux messages de soutien s’enchaînaient sur les réseaux sociaux. « J’avais perdu espoir dans ce pays, mais, aujourd’hui, je me sens à nouveau confiant ; je pense que tout espoir n’est pas perdu pour la Thaïlande », partageait un internaute sur Twitter.
Une cérémonie avait eu lieu à l’école des enfants où Kong Huayrai, célèbre chanteur thaïlandais, leur avait même écrit un chant d’hommage.
Des sacrifices ont même été faits non loin de la zone où les enfants se sont retrouvés captifs, des membres d’une ethnie de la montagne, les « Lisu », se sont réunis pour sacrifier des cochons et des poulets, une offrande pour les esprits de la rivière et de la forêt, les implorant le retour des enfants sains et saufs.

news-details

« Nous allons leur apporter de la nourriture, mais nous ne sommes pas sûrs qu'ils puissent se nourrir vu qu'ils n'ont pas mangé depuis longtemps. Nous allons aussi acheminer un médecin sachant faire de la plongée », expliqua le gouverneur de la province de Chiang Rai. Effectivement, pour l’heure, comme l’explique l’homme politique, chargé de cette mission de secours, il n’est pas encore possible de les évacuer, la zone est encore fortement inondée, les secouristes se relayent pour leur apporter des vivres. Pour cause, 9 jours sans manger, ils ne sont guère en état de pouvoir fournir de grands efforts afin de parcourir près de quatre kilomètres jusqu’à la sortie ; un parcours qui demanderait six heures à un plongeur expérimenté.
Médicaments, vivres, équipements de plongée leur sont acheminés. Bien que les secouristes tentent de pomper un maximum d’eau de la grotte, le risque de nouvelles inondations reste élevé.
Pour l’entraîneur principal du club de foot des enfants, Nopparat Kantawong, il est certain que la pratique d’un sport d’équipe a joué un grand rôle dans leur survie. « Je suis si heureux. Nous leur enseignons à s'aimer les uns les autres, comme une équipe […] le football est un sport de combattants », a-t-il ajouté.

Si l'Eternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain. [Psaume 127 v.1 - Bible]

La Thaïlande est une nation connue pour son culte des esprits (phii), une croyance ancrée parallèlement à la religion bouddhiste. Il faut dire que pour la survie de ces jeunes, sorciers et chamans se sont unis. Tout comme les représentants d’autres religions minoritaires en Thaïlande ont également appelé les concitoyens à prier. Le pays vibrait sous les sons de prières générales, cantiques dans les églises. Chez les musulmans du sud du pays, la dernière prière du vendredi était dédiée pour les enfants. L’amour du prochain a donc primé.

news-details

Et en réponse à cette unité, le Dieu créateur a permis dans sa grâce que ce groupe de jeunes soit retrouvé sain et sauf. Car chers lecteurs, il est important de savoir qu’en tant Homme, nous n’avons tous qu’un seul créateur, lui qui nous connaissait avant que nous ne soyons, formés par sa seule volonté, et à son image. Lui seul, et non quelque pratique ou sacrifices à diverses divinités, a le pouvoir sur notre vie et notre mort. Il est malgré tout si honorable de voir une nation plier le genou devant son créateur, d’un coeur uni pour une même cause. Car c’est bien là, le désir de Dieu pour son peuple, son église.

Chers lecteurs, glorifions le Seigneur et remercions-le d’avoir veillé sur ces enfants, d’avoir été leur bouclier protecteur contre la mort. Mais ne cessons de prier pour eux, car ils sont encore coincés dans cette grotte. Nous savons que Dieu ne sommeille ni ne dort, ainsi notre prière est qu’il puisse toujours veiller sur eux et leur donner la force nécessaire pour sortir de là et rejoindre leurs familles.
Que l’exploit de ces enfants soient également un témoignage, une leçon pour nous. Car le dénouement aurait pu être catastrophique entre panique et angoisses, la mort était quasi certaine, mais comme le témoigne leur entraineur principal, ce sont l’amour, l’unité et l’esprit d’équipe qui leur ont permis en grande partie de tenir bon. Affaiblis, certes, mais bel et bien en vie et plus unis que jamais ; que Christ-Jésus les soutienne jusqu’au bout.

author

Sandylène Mankangila

Artistes Press

Artiste, Journaliste présentatrice, assistante de tournage, Perchwoman 🎤🎬🎧🎼,👩🏽‍💻 Entrepreneuse

Partagés récemment

Ajouter un commentaire